Jean Pierre Coffe…

Un autre gastronome qui s’en va, un épicurien c’est sûr…..Dans une époque ou nos choix sont souvent guidés pour la consommation des produits, il avait su mettre le doigt sur nos habitudes alimentaires.

Un jambon rose après cuisson est-ce normal?

Les fruits et les légumes si bien calibrés et sans défauts dans nos étalages….La nature est riche dans sa diversité et quiconque à déjà fait pousser quelque chose en terre, s’en est rendu compte.

Bien sûr, c’était un être multi-facettes avec ses contradictions comme nous tous, il avait ouvert son restaurant « la Ciboulette »  à Paris, mais n’avait pu marier son plaisir et la rigueur qu’il aurait fallu.

Le traitement réservé aux animaux en abattoir nous émeut? Nous sommes si loin dans notre vie courante de la réalité des choses et ferions bien de nous intéresser à ce qui arrive dans notre assiette. (je m’inclus là dedans).

C’était sûrement son message.

 

M.Ferellec

¿ Habla usted Catalán ?

L’un des avantages de vivre en Europe est de pouvoir voyager simplement muni de sa carte d’identité et d’ainsi découvrir les pays qui nous sont géographiquement proches.

Alors cet été étant déjà dans le sud de la France, je me suis accordé quelques jours pour visiter Barcelone.

Me voilà donc Place Catalunya et je suis la cohorte des touristes qui descendent La Rambla vers le port, se faisant je décide de visiter le marché de la Boqueria et je dois dire que pour un cuisinier, c’est un peu Noël avant l’heure..

La multitude des produits et leur fraîcheur donne le tournis, et pour les gastronomes et les épicuriens on pourrait y passer ses journées sans soucis, moi qui ai passé une partie de mon enfance à Paris cela fait tout de suite appel à certains souvenirs, par exemple: le marché Secrétan avec sa structure typique crée par Baltard. Et je peux facilement m’imaginer Les Halles à Paris avant que le marché ne soit déplacé vers Rungis en 1969.

Je vous laisse donc découvrir quelques photos et bien sur je n’ai pas échappé à manger la classique « Paella » sur la Rambla par une jolie après-midi gorgée de soleil….

M.Ferellec 

Joël Robuchon à Montréal….

J’ai eu le plaisir de travailler onze années au Casino de Montréal, l’entreprise est en constante évolution pour fournir la meilleure expérience à la clientèle qui s’y présente.

Un atelier Joël Robuchon est apparemment en projet pour bientôt, une bonne nouvelle j’en suis persuadé. Je souhaite pleine réussite au projet. Quelques infos sur le Chef Robuchon ici….

Toulouse, entre terroir et modernité…

Mon ami Daniel, originaire de la région Toulousaine, amoureux des bons produits comme moi, m’avait déjà raconté son enfance proche de la nature, les corvées c’est sûr…mais aussi le plaisir de manger un fruit directement de l’arbre où on l’a vu pousser, les tomates gorgées de soleil et aussi la préparation des canards gras. Cette année il m’a  proposé de l’accompagner dans son périple et de participer à cette préparation, nous nous sommes donc rendu là-bas en compagnie de son épouse Marie-José.

Ces quelques jours en pays Cathare m’auront permis de vérifier ce que je pensais savoir déjà : la qualité des produits fait la qualité de la cuisine….

il ne faut pas se tromper de cible : la technique culinaire se doit d’être au service des mets et non l’inverse…Les presque 900 kilomètres qui séparent Brest de Toulouse  et les paysages traversés , sont un rappel de la richesse de notre terroir, il n’y a qu’à se servir.

Dans ce joli coin de pays Toulousain, berceau de l’aéropostale et en constante évolution, il existe un lieu proche à vol d’oiseau du canal du Midi où le temps s’est arrêté un peu…tant mieux…Les copines peuvent picorer en paix..

Merci Daniel et Marie-José

Un esprit critique….

2015, une nouvelle année, des souhaits et des résolutions. Que dire des évènements récents sinon que je compatis avec les victimes. Au travers de mon humble expérience une chose m’apparait évidente, c’est qu’il est bon de se bâtir un « esprit critique ».

C’est à dire de s’enrichir de connaissances et d’expériences afin de pouvoir faire des choix éclairés et cela dans toutes les sphères de l’existence et aussi savoir se remettre en question quand notre point de vue s’avère ne pas être le bon.

Cela s’applique aussi au métier de cuisinier bien sûr..

M.Férellec