Toujours un tabou?

Un événement récent me laisse à réfléchir…….dans notre vie de tout les jours nous jouons tous un rôle essayant de montrer aux autres le meilleur visage de nous mêmes.

Notre société est faite ainsi, avouer avoir des difficultés à affronter la vie ce serait être faible. La santé mentale reste un grand tabou face auquel nous sommes souvent démunis. Il y a une quinzaine d’années alors que je vivais à Montréal, j’ai donné un coup de main à un collègue de travail pour un petit souci informatique qu’il avait chez lui, nous avons parlé et ri et je suis rentré chez moi….deux jours plus tard, il s’est enlevé la vie à son domicile, il avait une femme et un enfant.

Cela a été un choc, comme plusieurs je me suis interrogé sur les raisons de son geste, sur le fait qu’il n’ai pas osé ou voulu venir vers ses collègues pour parler de ses problèmes et que la seule solution qu’il ai trouvé soit celle là.

Depuis cet événement, j’essaye d’être à l’écoute quand c’est possible car malheureusement cela reste parfois imprévisible.

Je crois humblement que c’est un des progrès que nous avons à faire, apprendre aux jeunes à chercher de l’aide auprès des autres (proches, médecins, services sociaux) en sachant qu’ils ne seront ni jugés, ni dévalorisés.

Le rire est pour moi la meilleure thérapie, alors pardonnez moi les mauvaises blagues…c’est pour mon bien.

 

Frédéric Ferellec

Alain Senderens

Comment ne pas s’arrêter quelques minutes sur le passage d’Alain Senderens, compagnon d’armes de Michel Guérard dans l’épopée de la nouvelle cuisine des années 70.

Il aura durant sa carrière formé plusieurs chefs dans son restaurant l’Archestrate puis au Lucas Carton, le plus connu peut-être étant Alain Passard, le chef triplement étoilé de l’Arpège..

Pas le plus médiatique de nos grands chefs mais toujours libre, comme en 2005 ou il remet ses trois étoiles afin de pouvoir cuisiner pour le plus grand nombre sans que le prix des produits employés dicte celui des additions.

Dans notre société de l’instantané, attention à notre patrimoine humain, dans le meilleur des cas si nous pouvons transmettre ce que nous avons appris et passer le flambeau aux autres, il me semble que c’est déjà bien.

 

M.Ferellec

Jean Pierre Coffe…

Un autre gastronome qui s’en va, un épicurien c’est sûr…..Dans une époque ou nos choix sont souvent guidés pour la consommation des produits, il avait su mettre le doigt sur nos habitudes alimentaires.

Un jambon rose après cuisson est-ce normal?

Les fruits et les légumes si bien calibrés et sans défauts dans nos étalages….La nature est riche dans sa diversité et quiconque à déjà fait pousser quelque chose en terre, s’en est rendu compte.

Bien sûr, c’était un être multi-facettes avec ses contradictions comme nous tous, il avait ouvert son restaurant « la Ciboulette »  à Paris, mais n’avait pu marier son plaisir et la rigueur qu’il aurait fallu.

Le traitement réservé aux animaux en abattoir nous émeut? Nous sommes si loin dans notre vie courante de la réalité des choses et ferions bien de nous intéresser à ce qui arrive dans notre assiette. (je m’inclus là dedans).

C’était sûrement son message.

 

M.Ferellec

¿ Habla usted Catalán ?

L’un des avantages de vivre en Europe est de pouvoir voyager simplement muni de sa carte d’identité et d’ainsi découvrir les pays qui nous sont géographiquement proches.

Alors cet été étant déjà dans le sud de la France, je me suis accordé quelques jours pour visiter Barcelone.

Me voilà donc Place Catalunya et je suis la cohorte des touristes qui descendent La Rambla vers le port, se faisant je décide de visiter le marché de la Boqueria et je dois dire que pour un cuisinier, c’est un peu Noël avant l’heure..

La multitude des produits et leur fraîcheur donne le tournis, et pour les gastronomes et les épicuriens on pourrait y passer ses journées sans soucis, moi qui ai passé une partie de mon enfance à Paris cela fait tout de suite appel à certains souvenirs, par exemple: le marché Secrétan avec sa structure typique crée par Baltard. Et je peux facilement m’imaginer Les Halles à Paris avant que le marché ne soit déplacé vers Rungis en 1969.

Je vous laisse donc découvrir quelques photos et bien sur je n’ai pas échappé à manger la classique « Paella » sur la Rambla par une jolie après-midi gorgée de soleil….

M.Ferellec 

Joël Robuchon à Montréal….

J’ai eu le plaisir de travailler onze années au Casino de Montréal, l’entreprise est en constante évolution pour fournir la meilleure expérience à la clientèle qui s’y présente.

Un atelier Joël Robuchon est apparemment en projet pour bientôt, une bonne nouvelle j’en suis persuadé. Je souhaite pleine réussite au projet. Quelques infos sur le Chef Robuchon ici….